Interview exclusive de Samantha Cazebonne : Gilets Jaunes, participation au Grand Débat et Enseignement du Français à l'étranger

À l'initiative du Président de la République, le Gouvernement engage un grand débat national sur quatre thèmes qui couvrent des grands enjeux de la nation.

1.  Transition écologique

2.  La Fiscalité et Les dépenses publiques

3.  La démocratie et citoyenneté

4.  L’organisation de l’État et des services publics

Cette concertation lancée par le gouvernement pour répondre à la crise des « gilets jaunes », mouvement initié en novembre 2018. Lisbob vous explique comment participer à ce grand débat national même en étant à l’étranger.

 

Samantha Cazebonne est la député des français de l’étranger de la 5ème circonscription

Samantha Cazebonne est la député des français de l’étranger de la 5ème circonscription

COMMENT Y PARTICIPER

1.  Être en France et assister à une réunionproche de son domicile (Agenda consultable sur le site www.granddebat.fr)

2.  Être en France et organiser sa propre réunionaux regards et avec respect de la procédure de déclaration et organisation de réunion (cahier des charges et démarches également disponibles sur le site)

3.  Participer en ligne

 https://granddebat.fr/pages/bienvenue-sur-lespace-de-contributions

 

Vous êtes expatriés et souhaitez pas y participer par internet mais physiquement ?

Dans le cadre du mouvement des Gilets Jaunes et du Grand Débat National lancé par le Président de la République, Samantha CAZEBONNE, députée de la 5ème circonscription des Français de l´Étranger, sera le 14 février à Lisbonne et le 15 février à Faro afin de rencontrer les Français résidant au Portugal souhaitant s’exprimer sur ce mouvement et donner leur opinion sur les 4 axes de ce grand débat. Mme la députée accorde aujourd´hui une interview exclusive à Lisbob et qui est adressée à tous nos lecteurs, pour que tous aient conscience de l’importance de ce mouvement, de ses tenants et aboutissant set l’importance d’y participer même à distance.

 

INTERVIEW :

Lisbob :Mme Cazebonne bonjour et avant tout merci pour cette interview adressée principalement aux Français résidents au Portugal.

Beaucoup de choses ont été dites, faites, vues et relatées concernant ce mouvement, mais en quelques mots, pour nous qui l’avons vécu derrières nos écrans TV, …

Lisbob : Que pensez-vous de la genèse du mouvement des gilets jaunes ?

Le mouvement des gilets jaunes est symptomatique du mal-être que vit la France et qui plonge ses racines dans la quarantaine d’années d’action publique qui en raison de vision « courtermiste » n’a pas su ni prendre en compte ni mettre en œuvre une politique courageuse de réformes essentielles pour notre pays. Mais ce qui interpelle particulièrement dans ce mouvement inédit c’est sa nature, son hétérogénéité et son évolution. Parti d’une révolte fiscale spontanée, exprimant au-delà de cela un rappel au nécessaire besoin de justice sociale que j’entends, ce mouvement s’est rapidement révélé dans ses contradictions et s’est rapidement retrouvé prisonnier des récupérations politiques d’extrême droite et d’extrême gauche et de leurs dérives. Il n’en demeure pas moins qu’une colère citoyenne de fond s’exprime qu’elle doit être entendue et que nous devons y répondre.

L’enjeu est donc de revenir à la genèse de ce mouvement, d’en décortiquer les motivations profondes et d’y apporter des réponses concrètes. C’est tout l’objet du Grand Débat National voulu par le Président de la République.

 

Lisbob : Que pensez-vous du « dérapage » incontrôlé de leurs manifestations ?

Les violences commises à l’occasion ou en marge des manifestations de gilets jaunes ne peuvent bénéficier d’aucune complaisance. 

Elles sont, pour l’essentiel, liées à l’absence de déclarations préalables en préfecture ou en mairie, et donc de tout cadre légal qui aurait pourtant permis de faciliter le travail des forces de l’ordre et de compliquer l’infiltration des manifestations par des militants violents ou des casseurs venus profiter de l’aubaine. 

 

Lisbob : En quoi le Grand débat saura « éteindre le feu » ?

Est-ce réellement une solution ou une temporisation ?

Les mesures annoncées par le Président de la République le 10 décembre dernier visaient à apporter une réponse forte et rapide aux problèmes de pouvoir d’achat soulevés par de nombreux gilets jaunes, je pense en particulier aux « petits » retraités et aux mères célibataires, qui appartiennent à cette classe moyenne travailleuse qui vit depuis plusieurs années une forme de déclassement. Le Grand Débat National, lui, ne s’inscrit pas dans le court-terme mais dans la recherche de solutions partagées susceptibles de rénover notre pacte social et de répondre aux difficultés que traverse notre modèle économique, social, écologique, politique et administratif français. Comment réussir notre transition écologique et solidaire ? Comment équilibrer nos niveaux de fiscalité et de dépense publique (tous deux beaucoup trop élevés) ? Comment rendre notre système politico-administratif plus efficace et démocratique ? Voilà quelques questions auxquelles le Grand Débat National doit nous aider à répondre.         

 


Lisbob : En parlant de « mur des doléances » pour nommer les cahiers inventoriant les opinions et idées des citoyens, ne donnez-vous pas une connotation « négative » à un procédé qui a, au contraire, une vocation positive ?

Le mot de « doléances » n’est effectivement pas neutre dans notre pays, et inscrit donc notre exercice dans l’histoire de la démocratie française, parfois douloureuse. Il n’est pas inutile de le rappeler. Néanmoins, la « doléance » n’a pas qu’une connotation de plainte ou de réclamation, elle véhicule aussi les vœux exprimés par celle ou celui qui la formule. J’y suis très attachée. Et je tiendrai à ce que toute doléance formulée lors des rencontres auxquelles je participerai soit accompagnée d’une piste de proposition constructive, c’est essentiel et ainsi responsabilise chacun d’entre nous.

 

Lisbob : Vous allez parler à des Français qui ont choisi de quitter la France, qu’attendez-vous de ce débat ? Avez-vous déjà un retour et des tendances de leurs opinions, attentes et intérêts ?

Ce n’est pas parce que des Français ont quitté la France que c’est exclusif ou irréversible.  J’entends, au contraire, beaucoup d’attachement à la France dans les témoignages des Français de l’étranger, mais aussi un constat parfois cinglant des dérives qu’a connu notre pays au cours de ces dernières décennies. « Qui aime bien, châtie bien » dit le proverbe stoïcien. Je constate aussi beaucoup d’intérêt de la part des Français de la circonscription pour ce qui se passe en France depuis deux ans. Ils me parlent souvent de leurs attentes en matière d’efficience, d’efficacité et de simplicité : efficience de la dépense publique, efficacité des caisses de santé et de retraite, efficacité et simplicité des services consulaires, simplicité de notre fiscalité…      

 

Lisbob : Qu’est ce qu’un expatrié français peut aujourd’hui attendre comme mesure en sa faveur de la part du Gouvernement Français ?

Une faveur sous-entend qu’elle s’adresse à un petit nombre, une catégorie,  c’est justement ce qui a miné notre pays au gré des alternances politiques, et traduit les conceptions démagogiques voire clientélistes, éloignées de toute rationalité économique et sociale, qui ont présidé durant des années à la justification d’une pression fiscale démesurée et d’une dépense publique record dans le monde. 

La soi-disant « justice fiscale » et la lourde complexité de notre système social ont considérablement pesé sur notre économie et conduit à enfermer dans leur condition des millions de Français, sans perspective réelle d’ascension sociale.

Pour répondre à votre question, le mot « expatrié » n’est pas synonyme de « Français établis hors de France », il est réducteur et véhicule une image d’Epinal qui n’est pas conforme à la réalité du terrain, particulièrement au Portugal où une grande partie de nos compatriotes sont binationaux, ne l’oublions pas. Quoiqu’il en soit, nos concitoyens de l’étranger veulent une vision pour la France, de la cohérence dans la politique qui est menée et de la fidélité à la parole donnée. Et c’est ce que nous, députés des Français établis hors de France de la majorité, tâchons de nous évertuer à faire, que ce soit dans notre travail d’information du gouvernement (je pense par exemple au rapport d’Anne Genetet sur la mobilité internationale, ou au mien sur le développement de l’enseignement français à l’étranger), dans notre travail législatif (je pense notamment à la suppression tant attendue de la CSG sur les revenus du capital de source française pour les Français établis dans l’Espace économique européen) ou dans notre travail quotidien afin de résoudre les problèmes de complexité ou de dysfonctionnements administratifs auxquels sont confrontés nos concitoyens sur le terrain.

 

Le Grand Débat National est la solution proposée à la crise des Gilets Jaunes

Le Grand Débat National est la solution proposée à la crise des Gilets Jaunes

Lisbob : Ne craignez-vous pas que tous ces évènements confortent vos administrés dans leur statut d’expatriés ?

Les français établis hors de France sont aussi parfaitement conscients que d’être français leur apporte une garantie d’avenir en matière de santé, de retraite, de puissance économique, réseau diplomatique (3eau niveau mondial) l’attache est forte malgré les critiques. Évidemment qu’individuellement chacun recherche une qualité de vie qui soit conforme à ses attentes personnelles et que de nombreux pays où la qualité d’accueil et le coût de la vie leur correspondent mieux restera leur préférence.

 

Lisbob : Vous venez de rendre un rapport sur l’enseignement français à l’étranger. De plus en plus de français viennent s’installer au Portugal, et il y a de moins en moins de postes au Lycée français de Lisbonne… Comment expliquez-vous cet illogisme ?

Votre question traduit à la perfection les limites et les failles du mode de gestion actuel du réseau d’enseignement français à l’étranger, particulièrement complexe, opaque et injuste. L’Europe est le continent le mieux doté au monde et matière de redistribution d’argent public et d’affectation d’enseignants titulaires de l’éducation nationale. L’image et les propos souvent véhiculées sont bien très loin de la vérité c’est bien pour rendre les informations totalement transparentes et accessibles au grand public que mon rapport s’appuie sur près de 300 pages d’informations factuelles.   

Mon rapport, que je vous invite donc à lire en détail et que je serais ravie de revenir commenter dans vos colonnes, formule un certain nombre de préconisations, en termes de renforcement de la place des parents d’élèves dans la gouvernance du réseau, du maintien de la qualité pédagogique,  d’équité dans la gestion des statuts d’enseignants et de leur formation initiale et continue, d’ancrage territorial et d’adaptabilité des critères d’homologation afin d’aider au développement de l’offre d’enseignement français, en français et du français, particulièrement dans une ville attractive comme Lisbonne et des préconisations pour optimiser la gestion des budgets publics sans pour autant sacrifier la qualité pédagogique car celle-ci ne tient pas à un statut de personnel mais à la compétence professionnelles certifiées par l’institution qu’elle soit universitaire ou administrative.

 

Samantha Cazebonne s’adresse aux Français du Portugal

Samantha Cazebonne s’adresse aux Français du Portugal

Lisbob : A 4 mois des élections européennes, avez-vous un message à faire passer à nos lecteurs ?

Nous sommes aujourd’hui à un carrefour majeur de notre histoire. Face à la poussée massive des mouvements populistes et nationalistes de toutes sortes, l’alternative est malheureusement simple : ou bien ces élections marqueront l’effondrement du projet européen qui nous a pourtant permis de nous développer en paix jusqu’à présent, ou bien ce seront celles de son indispensable refondation autour d’une vision et de projets clairs et fédérateurs. Cet avenir, c’est aux électeurs européens d’en décider. Votez !  

 

Merci pour votre disponibilité,

Merci pour votre sincérité,

Et rendez-vous le 14 au débat de Lisbonne auquel nous serons présents.

 

Lisbob

livre expatriation portugal

Lisbob est l’assistant des expatriés au Portugal : découvrez comment il peut vous aider !