Grève des infirmiers au Portugal les 22 et 23 mars : les centres de santé et services de chirurgie paralysés

Les infirmiers ont entamé une grève de deux jours pour la «valorisation et la dignité» de la profession ce jeudi 22 mars s'étalera sur 2 jours. Cette grève déjà annoncée a été maintenue malgré la mise en place d'un calendrier de négociations avec le gouvernement sur 15 réclamations faites par le mouvement. C'est le premier de deux jours de fermeture nationale qui affectera principalement les services de chirurgie, les consultations externes et les centres de santé. Le syndicat des infirmiers portugaises (SEP) s'attend à "une forte adhésion". Bob, l'Assistant des Expatriés à Lisbonne et au Portugal vous dit tout.

La grève, marquée par le syndicat des infirmiers portugaises (SEP), a commencé le jeudi matin 8h et dure jusqu'à minuit vendredi. Selon le SEP, les objectifs de cet arrêt sont essentiellement liés à la revalorisation et à la dignité de la profession. La structure syndicale exige le dégel des augmentations de salaire, ainsi que le paiement des heures dûes à tout le personnel hospitalier, quel que soit le type de contrat de travail. Les services de chirurgie ainsi que les centro de saude vont se retrouver paralysés jusque vendredi minuit.

 

L'embauche immédiate de 500 professionnels ainsi que de 1000 autres prévus entre avril et mai est une autre des revendications, ainsi que «la pleine attribution des 774 postes de travail soumis à concours d'entrée» pour les Administrations régionales de la santé (ARS). Le cahier des revendications des professionnels comprend également une augmentation de 150 euros et le passage de 40 à 35 heures de travail par semaine pour les professionnels de santé avec contrat de travail individuel.

Début mars, au moment de l'annonce de la grève, la présidente du SEP Guadalupe Simões a déclaré à l'agence de presse Lusa l'urgence de l'arrivée de nouvelles infirmières pour maintenir un service national de santé de qualité. «Les infirmières sont confrontées à une série de problèmes et l'immobilisme du ministère de la Santé a aggravé ces problèmes, nous n'acceptons pas cette situation de retarder, différer, retarder», a-t-il ajouté.


Bob est l'Assistant des expatriés à Lisbonne et au Portugal.

inscrivez-vous : c'est gratuit !